Papier mousseline

Les producteurs de papier mousseline choisissent de plus en plus Voith

Au cours des 20 dernières années, le secteur du papier mousseline a atteint un taux de croissance respectable d'environ 4 %. Et Voith participe à cette croissance. Cette augmentation est certes due en grande partie aux technologies telles qu'ATMOS, qui permettent une production rentable et compatible sur le plan environnemental mais résulte également du développement de produits comme la presse à sabot NipcoFlex T.

« Notre avantage le plus significatif dans ce développement est notre approche holistique grâce à laquelle nous utilisons systématiquement les synergies au sein de Voith pour les mettre au profit de nos clients »,

Marcus Schwier, Vice Président Europe papier mousseline

 

30 millions de tonnes de papier mousseline ont été consommés dans le monde entier en 2010, surtout en Amérique du nord, Europe, Chine et Amérique latine. En faisant une étude comparative sur 20 ans, en 1990 la consommation était d'environ 14 millions tonnes, un détail en particulier se détache : Le papier mousseline a connu un taux de croissance stable de plus de 4 % par an. Après une croissance plus lente l'année dernière, les chiffres de 2010 sont prometteurs. Cette croissance est principalement due à l'augmentation de la demande en Chine et en Amérique latine.

40% de croissance en Chine

« Nous supposons que la demande en papier mousseline va continuer à augmenter au cours des prochaines années », affirme Rogério Berardi, responsable des ventes et du marketing des machines à papier mousseline à Voith Paper à São Paulo. « Les experts prévoient un taux de croissance de 3,6 % pour les six prochaines années à venir. Seulement en Chine, la consommation de papier mousseline va représenter 40% de cette croissance ».

 

Ce qui rend le marché du papier mousseline si unique, ce sont les spécifications très différentes de papier d'une région à l'autre. Marcus Schwier, Vice Président papier mousseline Europe à Voith Paper : « Il existe par dessus tout des différences au niveau du produit fini, tels que le nombre de plis ou la douceur du papier et de l'orientation des marchés qui varient d'un pays à l'autre. Les opinions et souhaits des consommateurs divergent énormément à cet effet. Par ailleurs, les fabricants de papier doivent réduire leurs coûts de production et par conséquent leur utilisation d'énergie et de matières premières ».

 

Progrès réalisés grâce à ATMOS

Dans ce contexte, la stratégie adoptée par Voith Paper est claire : « Voith met l'accent sur les concepts qui permettent de réduire la consommation d'énergie et de matières premières. Par conséquent, nous aidons nos clients à opérer de façon durable. En outre, ils ont également des avantages économiques vu que nos solutions offrent des frais de propriétés bas », déclare Schwier. « Des concepts innovants tels qu'ATMOS et la presse à sabot NipcoFlex T ont conquis nos clients et nous ont permis de faire des avancées positives sur le marché du papier mousseline de qualité supérieure et du papier mousseline crêpé à sec au cours des trois dernières années »

Jusqu'en 2007, par exemple, la fabrication du papier mousseline était de manière générale l'apanage des producteurs qui avaient monopolisé le marché à grâce à la technologie TAD (séchage par air). Il s'agit d'une technologie qui nécessite non seulement un gros investissement de capitaux mais qui implique également une consommation énergétique élevée et par conséquent des coûts de production élevés.

Depuis lors, Voith Paper a réussi à contrer cette technologie grâce à ATMOS. « Elle a été développée au centre de technologie du papier mousseline à Voith Paper São Paulo. Comparée à TAD, la technologie ATMOS permet de produire du papier mousseline de qualité supérieure à des coûts d'investissements inférieurs de 40%, en utilisant 60 % d'énergie en moins et jusqu'à 100 % de fibres recyclées ou vierges » résume Berardi.

Néanmoins, ce progrès technologique qui représente une avancée écologique et économique pour la fabrication du papier n'est pas survenu par hasard. La machine pilote de Voith Paper à São Paulo présente un grand intérêt pour les clients et les travaux sur la capacité pleine. La machine peut utiliser ATMOS pour produire du papier mousseline mais peut également fabriquer du papier mousseline conventionnel crêpé à sec. Les essais pilotes concernent tout le processus du papier mousseline, de la fibre au produit fini.

Investir dans la recherche rapporte

Ce type d'investissement donne également des résultats pour les fabricants de papier. Par exemple, Voith Paper a remporté la commande de la fourniture d'une chaîne de production clé en main du papier mousseline à Bahreïn. L'entreprise cliente est une coentreprise entre l'Olayan Group et la Kimberly- Clark Corporation. D'autres commandes comme par exemple celles d'Asia Pulp and Paper (APP), YinGe Paper et Hengan Paper, qui vont mettre en service un total de cinq machines à papier mousseline Voith en Chine, dont chacune sera capable de produire 220 tonnes par jour. Au Mexique et au Brésil également, un important fabricant de papier mousseline, CMPC Tissue, a choisi Voith Paper lors de la commande de deux nouvelles machines. Des rénovations ATMOS peuvent également être effectuées. Au Chili et en Amérique du nord, les clients ont décidé de faire rénover leurs machines existantes. « Notre avantage le plus significatif dans ce développement est notre approche holistique grâce à laquelle nous utilisons systématiquement les synergies au sein de Voith Paper pour les mettre au profit de nos clients », affirme Schwier.